Administration de biens: la croissance externe a-t-elle tué le métier?

illu-immo.jpg

Le propos a de quoi choquer, et je sens qu'il va à tout le moins faire couler de l'encre! Je me demande vraiment si les métiers de syndic de copropriété, de gestionnaire locatif, et juqu'à la transaction, vente et location, n'ont pas pâti au plus haut point de la croissance externe. Je m'explique.

On sait que les activités commerciales peuvent se développer de grandes deux manières: par la croissance dite "interne" ou "organique", c'est-à-dire par la conquête de nouveaux clients ou l'extension du chiffre d'affaires attaché à un client déjà conquis, ou bien par l'achat de chiffre d'affaires, c'est-à-dire par l'acquisition d'entreprises de même activité ou de fonds de commerce similaires. 

On s'accorde à reconnaître que c'est Jacky Lorenzetti, fondateur de FONCIA (à l'origine "Franco-Suisse Gestion"), qui a imaginé que la croissance externe pouvait constituer un effet de levier puissant pour développer ses affaires. L'ensemble de ceux qui avaient des ambitions de développement lui ont emboîté le pas, et ce que l'on appelle les groupes de gestion et de transaction, nationaux ou régionaux, tels qu'on les voit aujourd'hui, se sont constitués par croissance externe.

Cette modalité a fait l'objet de critiques de la part des associations de consommateurs, parce que le principe d'acheter de la clientèle a pu les choquer: la croissance externe est née dans l'industrie, où elle a été un moyen de consolidation des secteurs, mais sa transposition dans l'univers des services, avec un lien direct entre des enseignes professionnelles et des ménages (B to C), peut sembler inopportune.

En outre, dans des activités très règlementées, tout n'est pas possible en la matière: on ne reprend pas un mandat comme on transfère un contrat classique ou une relation libre de tout cadre contractuel. En cas reprise des parts d'un cabinet, le nouveau syndic doit se soumettre au vote de l'assemblée générale pour faire régulariser son mandat, tout comme un gestionnaire locatif si le contrat de son prédécesseur ne comprenait pas de clause de substitution.

Retour au blog

Contact

Vous pouvez contacter l'ABSA par mail à l'adresse

info@absa.be

Ou par courrier à l'adresse suivante:

ABSA
Rue de Rodehaie  1
1348 Louvain-La-Neuve